Point Banque

Actualité banquaire

La fintech européenne Klarna en difficulté

Jusqu’à présent, la vague de licenciements avait surtout touché les entreprises technologiques américaines. Elle vient de franchir l’Atlantique de manière spectaculaire, rattrapant la start-up la mieux valorisée du continent. Fin mai, Klarna a en effet officialisé un important plan social, portant sur 10% de ses effectifs. Cela représente environ 700 emplois supprimés. “Quand nous avions fixé à l’automne nos objectifs pour 2022, le monde était très différent”, justifie Sebastian Siemiatkowski, le fondateur du géant suédois du “acheter maintenant, payer plus tard”. Depuis octobre, les valeurs technologiques ont fortement chuté en Bourse. Et les levées de fonds ont ralenti pour les start-up. Fondée en 2005, Klarna est entrée dans une autre dimension. Surfant sur l’insatiable appétit des investisseurs pour le paiement fractionné, la société a levé 2,3 milliards de dollars depuis septembre 2020. Sa valorisation atteint désormais 46 milliards de dollars, un record pour une société européenne non cotée. Comme ses nombreuses rivales, Klarna permet de payer un achat en plusieurs fois sans frais. Ou de le régler après la livraison, le temps d’essayer un article et de le retourner sans jamais être débité. La société revendique désormais plus de 400.000 marchands partenaires, dont Nike, H&M et Ikea. Elle se rémunère principalement en …
Pour accéder à cette page, vous devez adhérer ici Banque Experts ou Systèmes de paiement.
Voir plus
Laisser un commentaire