Point Banque

L'actualité de la stratégie bancaire et des moyens de paiement

Deutsche Bank supprime un emploi sur cinq et crée une bad bank

Deutsche Bank a annoncé, le 7 juillet 2019, la suppression de 18 000 postes, soit un emploi sur cinq. Et l’investissement de 13 milliards d’euros dans les nouvelles technologies, d’ici 2022. Le président de DB, Christian Sewing, explique : « Cette restructuration est profonde. Nous allons transférer 74 milliards d’euros d’actifs pondérés en fonction des risques dans une structure de défaisance, dans les prochaines années. (…) Et nous voulons d’ici 2022 distribuer 5 milliards d’euros à nos actionnaires ». Deutsche Bank a été fondée en 1870 à Berlin. Christian Sewing, 49 ans, est entré chez DB en 1989 comme stagiaire et y a fait sa carrière. De 2013 à 2015, il a dirigé l’audit du groupe. Il est CEO depuis avril 2018. La banque allemande, en difficulté depuis plusieurs années, lance sous sa tutelle une restructuration sans précédent dans son histoire, à l’échelle du groupe entier.

La banque d’investissement paie le plus lourd tribut

C’est la banque d’investissement qui paiera le plus lourd tribut. Elle devrait être largement réduite. Les activités d’investissement à New York sont particulièrement touchées. Les licenciements y ont débuté ce lundi 8 juillet, concernant plusieurs centaines de personnes. Auf Wiedersehen, marchés des capitaux, DB entend se recentrer sur son cœur de métier : les clients particuliers et les entreprises. L’établissement n’a pas oublié ce que lui a coûté la banque d’investissement aux Etats-Unis, notamment en frais de procédures dans le sillage de la crise des subprimes. Christian Sewing souligne : « Nous nous concentrerons désormais sur ce que nous savons faire de mieux : les activités avec les crédits, les prêts et les devises, ainsi que le conseil stratégique. Notre banque d’investissement sera plus modeste à l’avenir, mais elle en sera d’autant plus stable et concurrentielle ». Le patron de DB n’a finalement pas attendu la présentation des résultats du premier semestre pour chiffrer ce qu’il a appelé, le 7 juillet, une « transformation fondamentale de notre banque ».

Voir plus
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *