Point Banque

L'actualité de la stratégie bancaire et des moyens de paiement

S&P s’inquiète de la faiblesse des marges bancaires dans l’immobilier

En cas d’augmentation des renégociations de crédits, la pression sur la rentabilité des prêts immobiliers deviendrait élevée, pour les banques françaises. D’où, dans ce cas,  une possible remise en cause de la note actuelle des banques attribuée par S&P Global Ratings Les banques françaises ne verront pas leur rentabilité s’améliorer de sitôt, taux d’intérêt négatifs obligent. Mais celle-ci ne se dégrade pas, d’où une stabilité, a priori, de la note que leur attribue l’agence de notation S&P Global Ratings. Cependant, elles pourraient être victimes de leur tarification agressive des prêts immobiliers. Selon Nicolas Malaterre, directeur senior de S&P Global Ratings France (Ex Standards & Poors), deux facteurs pourraient conduire, à des abaissements de notes par l’agence : une nouvelle détérioration des coefficients d’exploitation (les coûts sont déjà élevés) et une politique de crédit immobilier inappropriée. Très concrètement, s’agissant de l’immobilier, “si le taux de renégociation des crédits continuait d’augmenter, cela accélérerait la pression sur la rentabilité, et la question de la note pourrait se poser” affirme Nicolas Malaterre. Selon les calculs de l’ACPR, rappelés par S&P, la marge sur les nouveaux crédits immobiliers accordés par les banques françaises est négative, si l’on tient compte de tous les coûts liés. Si, …
Pour accéder à cette page, vous devez adhérer ici Banque Experts.
Voir plus
Laisser un commentaire