La question de l’origine du malware Olympic Destroyer reste ouverte selon Kaspersky

L’équipe GReAT (Global Research & Analysis Team, Vitaly Kamluk, photo) de Kaspersky Lab publie les résultats de ses recherches sur les attaques du malware Olympic Destroyer. ils apportent les preuves techniques d’un « false flag » très élaboré placé à l’intérieur du ver par son créateur afin de masquer la véritable origine de la menace.

Afin de visionner cette page connectez-vous ou abonnez-vous (menu "Accéder à l'intégralité du site" ou "Lettres") !