Point Banque

Actualité banquaire

95% des Français gagnant moins de 2.000 euros par mois se disent inquiets par la hausse des prix à venir

Alors que le pouvoir d’achat s’impose comme la première préoccupation des Français dans le cadre de la campagne présidentielle, Finfrog a mené avec l’Ifop une étude sur le rapport des Français gagnant moins de 2.000 euros par mois à la gestion de leur budget. Les hausses de prix à venir s’imposent comme une inquiétude quasi unanimement partagée tandis qu’ils sont près de 7 sur 10 à déclarer rencontrer des difficultés pour finir le mois.

Jérôme Fourquet, Directeur du département Opinion et stratégie d’entreprise de l’IFOP précise que  “pour toute une partie de la France à 2000 euros, la fin du mois commence dès le 10 du mois. Si l’économie de la débrouille et le système D sont massivement pratiqués, la France des premières et des deuxièmes lignes évolue dans un quotidien sous fortes contraintes que la hausse annoncée des prix de l’énergie et des produits alimentaires ne va faire que renforcer”.

La peur de l’inflation exacerbée par des situations financières déjà compliquées

Dans un contexte marqué par l’inflation qui risque de fortement s’aggraver dans les prochains mois sous l’effet de la guerre en Ukraine, 95% des personnes interrogées se déclarent inquiètes par les hausses de prix à venir, dont 67% que cela « inquiète beaucoup ».

Cette hausse des prix conjuguée à des revenus relativement faibles mettent ces Français dans des situations particulièrement délicates : 70% se disent régulièrement qu’ils ne réussiront pas finir le mois.

Ces Français se caractérisent par leur pessimisme, exacerbé par un sentiment de déclassement : 45% pensent que leur situation est moins bonne que ne l’était celle de leurs parents. 59% se sont déjà dit qu’ils pourraient basculer dans la pauvreté, et le chiffre grimpe à 68% pour les familles monoparentales.

Le 10 du mois, il reste moins de 100 euros sur le compte en banque de la moitié d’entre eux.

Autre illustration de ce quotidien sous contraintes, près de 7 Français sur 10 déclarent ne pas être en mesure d’épargner de l’argent en fin de mois. Encore plus inquiétant : 5 sondés sur 10 déclarent qu’il leur reste moins de 100 euros sur leur compte en banque dès le 10 mois et il ne reste que 50 euros sur le compte de 30% d’entre eux !

Des difficultés à boucler le mois qui ont un fort impact psychologique

La peur de la précarité a un caractère aliénant : elle ne quitte jamais l’esprit, inquiète en permanence.

72% des personnes interrogées décrivent ainsi la difficulté à boucler leur budget comme une source d’angoisse au quotidien, au premier rang desquels les parents (83%), et les femmes (73%) dans un contexte où l’égalité salariale est encore loin d’être acquise. Cette angoisse peut impacter fortement la qualité de vie, en provoquant par exemple des insomnies chez 52% d’entre eux. Par ailleurs, ils sont 18% à déclarer éviter de répondre au téléphone ou d’ouvrir leur courrier par peur de tomber sur leur banque ou un huissier.

Un quotidien marqué par des privations : 44% ont déjà renoncé à se chauffer

Les Français qui gagnent moins de 2.000 euros doivent souvent faire des arbitrages dans leurs dépenses. Si dans la plupart des cas les postes de dépense impactés relèvent davantage de dépenses dites de confort (76% ont déjà renoncé à partir en vacances ; 45% à aller chez le coiffeur), certains font des arbitrages beaucoup plus inquiétants : ils sont ainsi 44% à avoir déjà dû renoncer à se chauffer, 53% à utiliser leur voiture, 40% à recourir à des soins médicaux, 36% à sauter un repas.

“L’inclusion financière est un des piliers de la mission de Finfrog. C’est pourquoi, il nous paraît indispensable que le plus grand nombre puisse prendre conscience de la réalité budgétaire avec laquelle doivent composer la majorité des Français. Cette étude illustre non seulement une situation préoccupante mais surtout la réalité de l’énorme impact psychologique que peuvent avoir les difficultés à gérer son budget pour des millions de Français”, déclare RiadhAlimi, Fondateur et CEO de Finfrog

____

Méthodologie

L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 1.002 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus et qui gagne moins de 2.000 euros nets par mois. Cette population correspond aux Français qui ont pu bénéficier de l’indemnité inflation de 100 euros versée par le gouvernement en décembre 2021. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d’agglomération. Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne du 14 au 17 février 2022.

 

 

Voir plus
Laisser un commentaire