Point Banque

Actualité banquaire

“Je te fais un Lydia” : retour sur la sucess story de la fintech française

Olivier Chiche se souvient encore très bien de la première fois où il a entendu “Je te fais un Lydia”  dans la bouche d’un étudiant de l’université Dauphine. C’était en 2015, deux ans après le lancement de l’application de paiement entre amis. Une petite consécration, pour son fondateur et patron, car peu de start-up peuvent se targuer d’être entrées dans le langage courant. Mais aussi une simple étape: Lydia est aujourd’hui engagée dans une profonde transformation en “super-app” financière, proposant des comptes courants, des crédits et des outils d’investissement. Déjà 5,5 millions d’adeptes Lancée sur le modèle de l’application américaine Venmo, l’application permet d’envoyer instantanément de l’argent à un proche, par exemple pour rembourser la note d’un restaurant ou un cadeau commun. Son concept et sa simplicité d’utilisation séduisent rapidement les étudiants. La société revendique désormais six millions d’adeptes, dont un tiers des Français âgés de 18 à 35 ans. Mais sa fonctionnalité est essentiellement gratuite. Non seulement, elle lui rapporte peu mais elle lui coûte aussi de l’argent en frais interbancaires. Pour monétiser son importante base d’utilisateurs, Lydia doit leur proposer d’autres services financiers. Ces dernières années, la fintech française a donc fortement diversifié son activité. Elle permet désormais …
Pour accéder à cette page, vous devez adhérer ici Banque Experts ou Systèmes de paiement.
Voir plus
Laisser un commentaire