Point Banque

Actualité banquaire

Pourquoi Lydia se lance dans le trading d’actions et de cryptomonnaies

Après les cartes bancaires, le microcrédit ou encore le compte d’épargne rémunéré, la start-up française, d’abord connue pour son service de paiement entre amis, se lance dans le trading. Ses 5,5 millions d’utilisateurs peuvent désormais acheter et vendre des actions, françaises mais aussi européennes et américaines, de l’or ou encore des cryptomonnaies. Ses dirigeants expliquent vouloir répondre à une demande croissante. Ils espèrent séduire entre 200.000 et 300.000 personnes d’ici à la fin de l’année prochaine. Lydia promet de simplifier encore davantage l’accès à ces investissements, en particulier aux actions. L’ouverture d’un compte-titres n’est pas nécessaire: il suffit de remplir un simple formulaire. Son service permet d’investir à partir d’un euro, en proposant d’acquérir une fraction d’un titre. Et il permet également d’acheter ou de vendre une action 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24, donc même en dehors des heures d’ouverture des marchés. Contrairement à d’autres plateformes, comme la pionnière Robinhood, Lydia facture en revanche une commission d’environ 0,5% sur chaque opération. Un montant qui reste cependant nettement inférieur aux tarifs des banques. Se transformer en “super-app” financière Lydia n’est pas la seule fintech à suivre cette voie. Le trading semble en effet être devenu un produit …
Pour accéder à cette page, vous devez adhérer ici Systèmes de paiement.
Voir plus
Laisser un commentaire