Point Banque

Actualité banquaire

Victimes de leur succès, les paiements mobiles sont suspendus au Zimbabwe

Dans ce pays où les paiements mobiles représentent plus de 80 % de l’ensemble des transactions, tous les prestataires de paiements mobiles sont contraints de suspendre leurs transactions. Le gouvernement de cette dictature présidentielle les accuse de sabotage. La Bourse du Zimbabwe a aussi été fermée. Le paiement mobile Ecocash, extrêmement populaire, est tout particulièrement visé. Ecocash, lancé en 2011 par Econet Wireless, est à la fois un virement mobile P2P, un paiement mobile, et un service de crédits et de micro-crédits. Traitant près de 99 % de l’argent mobile dans le pays, il a tout simplement effacé la banque traditionnelle et les espèces. Ainsi, en 2017, Ecocash comptait près de 7 millions d’abonnés, soit environ un habitant sur deux. Par comparaison, seuls 2 millions de Zimbabwéens ont un compte classique dans une banque. Nick Mangwana, Secrétaire délégué à l’information, à la publicité et à la presse, a annoncé, le 30 juin, que le gouvernement suspendait « toutes les transactions monétaires sur les plateformes de monnaie mobile basées sur les téléphones ». Il déclare : « Les systèmes de paiements mobiles du Zimbabwe conspirent, avec l’aide du Zimbabwe Stock Exchange, soit délibérément, soit involontairement, en participant à des activités illicites qui sabotent l’économie ». Ecocash, selon …
Pour accéder à cette page, vous devez adhérer ici Systèmes de paiement.
Voir plus
Laisser un commentaire