Point Banque

L'actualité de la stratégie bancaire et des moyens de paiement

Victimes de leur succès, les paiements mobiles sont suspendus au Zimbabwe

Dans ce pays où les paiements mobiles représentent plus de 80 % de l’ensemble des transactions, tous les prestataires de paiements mobiles sont contraints de suspendre leurs transactions. Le gouvernement de cette dictature présidentielle les accuse de sabotage. La Bourse du Zimbabwe a aussi été fermée. Le paiement mobile Ecocash, extrêmement populaire, est tout particulièrement visé. Ecocash, lancé en 2011 par Econet Wireless, est à la fois un virement mobile P2P, un paiement mobile, et un service de crédits et de micro-crédits. Traitant près de 99 % de l’argent mobile dans le pays, il a tout simplement effacé la banque traditionnelle et les espèces. Ainsi, en 2017, Ecocash comptait près de 7 millions d’abonnés, soit environ un habitant sur deux. Par comparaison, seuls 2 millions de Zimbabwéens ont un compte classique dans une banque. Nick Mangwana, Secrétaire délégué à l’information, à la publicité et à la presse, a annoncé, le 30 juin, que le gouvernement suspendait « toutes les transactions monétaires sur les plateformes de monnaie mobile basées sur les téléphones ». Il déclare : « Les systèmes de paiements mobiles du Zimbabwe conspirent, avec l’aide du Zimbabwe Stock Exchange, soit délibérément, soit involontairement, en participant à des activités illicites qui sabotent l’économie ». Ecocash, selon …
Pour accéder à cette page, vous devez adhérer ici Systèmes de paiement.
Voir plus
Laisser un commentaire