Point Banque

Actualité banquaire

Avec le confinement, la signature électronique s’est imposée

Prendre rendez-vous pour signer un contrat: bientôt de l’histoire ancienne? Confinement oblige, les entreprises ont davantage eu recours à la signature électronique pour sceller des accords avec leur personnel et clients, une tendance qui pourrait perdurer à l’issue de la crise sanitaire. Valider une note de frais, une vente ou un compte-rendu d’assemblée générale sans rencontre physique entre les personnes concernées est possible grâce à des outils numériques, reconnus sur le plan juridique au niveau français et européen. « Le niveau de sécurité et de fiabilité va être très différent selon le type de solution mis en œuvre« , explique Romain Santini, chef du bureau chargé de la réglementation à l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (Anssi). Pour bénéficier d’une valeur juridique équivalente à celle d’une signature manuscrite, il faut avoir recours à un processus numérique certifié, proposé par un spécialiste agréé par l’Anssi. Validation d’un document sur une plateforme à l’aide d’un code reçu par SMS ou utilisation d’un dispositif personnel de carte à puce avec code confidentiel (sur le modèle de la carte bancaire), les solutions les plus robustes vérifient de façon plus poussée l’identité du signataire. La plateforme numérique « KYC Insider » fournit aux personnes intéressées des informations …
Pour accéder à cette page, vous devez adhérer ici Technologies bancaires et sécurité informatique.
Voir plus
Laisser un commentaire