Point Banque

L'actualité de la stratégie bancaire et des moyens de paiement

Open banking: les banques ne sont pas au rendez-vous de la DSP2

La fintech suédoise Tink appelle à une mise en oeuvre souple des obligations concernant le passage par des API

C’est simple et net: parmi les grandes banques concernées par la DSP2 (90% de la population concernée) aucune  n’est véritablement au point, à quelques jours de l’échéance du 14 septembre (date de l’entrée en vigueur de la directive), du point de vue de l’open banking. Les API qui permettent le transfert des données aux différents intervenants ne sont pas au point, affirme la plateforme suédoise d’open banking Tink.

Selon les résultats arrêtés au 21 août, aucune API n’est aujourd’hui vraiment conforme aux spécifications de la DSP2. 36% ne sont pas fonctionnelles 23% sont fonctionnelles, possèdent les fonctions basiques, mais ne présentent pas toutes les caractéristiques pour être opérationnelles, 15% sont opérationnelles, mais pas totalement conformes, et enfin, 26% ne sont même pas disponibles, “même après contact auprès de l’établissement”.

Du coup, si les banques veulent basculer sur ces API le 14 septembre, contraignant les tiers à y avoir recours, “beaucoup de consommateurs ne seront plus en mesure d’accéder à leurs services de banque mobile” écrit Tink. Mieux vaudrait donc envisager le calendrier de façon flexible, de façon à éviter ces désagréments…

Trois pays ont ainsi prévu une période d’interim, avec garanties de continuité: la France, l’Allemagne, et le Royaume Uni.

 

Partager dans votre réseau

Voir plus
Laisser un commentaire