Point Banque

L'actualité de la stratégie bancaire et des moyens de paiement

Paiement en ligne: une migration très progressive vers l’authentification forte

La Banque de France a précisé les conditions du basculement vers l’authentification forte des paiements, prévue par la DSP2. Pas de big en big en vue le 14 septembre, en France: l’objectif est de parvenir à 60% de paiements concernés en décembre 2020

Ceux qui annonçaient un big bang -et peut-être un désastre pour le commerce en ligne- le 14 septembre, date d’entrée en vigueur de la directive sur les paiements DSP2, concernant l’authentification forte des paiements, en seront pour leurs frais. La Banque de France a publié le 9 juillet, dans le cadre de son rapport annuel de l’Observatoire de la sécurité des moyens de paiement, un “Plan de migration” très progressif.

Il s’agit d’une cible, fixée après consultation, des banques, PSP, commerçants… L’objectif de la Banque de France est de parvenir à 10% de paiements dans le nouveau cadre de l’authentification forte fin décembre 2019 et 60% fin décembre 2020. En décembre 2021, 90% des paiements seraient concernés. S’agissant de “l’enrôlement des clients”, 40% d’entre eux auraient accès à la nouvelle norme en juin 2020, et 70% en décembre 2020. Les 90% seraient atteint en juin 2022.

Le Plan de la Banque de France repose surtout sur la communication, et sur des réunions régulières de l’Observatoire de la sécurité des moyens de paiement, permettant de faire des points d’étape, et d’inciter au besoin les banques et PSP à accélérer le mouvement. Le Plan a ainsi été présenté en juin. En janvier 2020, des actions de communication seront lancées à destination des e-commerçants, puis en février “la première vague d’actions de communication à destination des porteurs” (de carte).

“Sans rupture”

“C’est une migration progressive, sans rupture” a affirmé le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, qui présentait à la presse le rapport annuel de l’Observatoire de la sécurité des moyens de paiement. Certains acteurs du paiement ont mis en garde contre le risque l’authentification forte pour l’e-commerce : une chute des ventes pourrait être constatée. François Villeroy de Galhau a voulu rassurer sur ce point. Les paiements en ligne ont représenté 95,78 milliards d’euros en 2018 pour les cartes émises en France (et commerçant-acquéreur français), et 10,46 milliards dans le cas d’un émetteur étranger d’origine SEPA et un e-commerçant-acquéreur français.

 

Voir plus
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *