Point Banque

L'actualité de la stratégie bancaire et des moyens de paiement

La Libra fera l’objet d’une régulation dans chaque pays

Comment sera régulé la Libra, la monnaie virtuelle dont Facebook a annoncé, le 18 juin,  la création ? Le projet ne laisse pas les banquiers centraux indifférents. Un groupe de travail, composé de représentants des banques centrales des pays du G7 et du FMI a été constitué, sous l’égide de Benoît Coeuré , membre du directoire de la BCE et président du comité sur les paiements et les infrastructures de marché de la BRI. Il devra faire un premier point sur l’avancement de ses travaux dès la mi juillet, lors de la réunion des chefs d’Etat du G7, à Chantilly.

La lutte contre le blanchiment que permettrait cette nouvelle “monnaie”, qui pourrait être acquise via des comptes anonymes, fait partie des inquiétudes les plus importantes émises par les autorités gouvernementales et monétaires. D’autres questions devront être traitées par le groupe de travail: résilience du système (Facebook garantit la stabilité du Libra, assis sur un panier de monnaies, mais pourra-t-il assumer cet engagement ?) , exigences en matière de conservation, risques pour la stabilité financière…

La protection du consommateur est bien sûr, aussi, à l’ordre du jour. Quel que soit la régulation choisie pour cette “monnaie” (régime des prestataires de paiement ou cryptomonnaie), une régulation aura lieu pays par pays, au nom de la protection du consommateur, assurent les experts de la Banque de France. S’ils veulent accéder aux consommateurs, les gestionnaires du Libra devront nécessairement s’y soumettre.

Voir plus
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *