Point Banque

L'actualité de la stratégie bancaire et des moyens de paiement

La fintech du transfert, Monese, se dote de Pots, une épargne mobile

La fintech britannique Monese, qui compte un million de clients, s’est bâtie sur le segment des transferts de fonds et des comptes courants. Elle rajoute une corde à son arc, donc une option à son application mobile. Il s’agit d’une fonction d’épargne, baptisée « Pots ». Elle est disponible en livres et en euros. Monese Pots n’offre toutefois pas d’intérêts, mais elle permet de gérer séparément les dépenses et les économies. Tous les clients européens de la fintech peuvent mettre en place des ordres permanents pour alimenter « Pots ». Environ 70 % des dépôts confiés à Monese proviennent des salaires de clients dont il est le compte principal. L’application mobile de compte courant de Monese a été lancée en septembre 2015. Elle permet d’ouvrir un compte en quelques minutes. La fintech elle-même a été fondée en 2013 par un Estonien émigré au Royaume-Uni, Norris Koppel, à qui les banques classiques refusaient l’ouverture d’un compte sans justificatifs ni historique de crédit. Monese cible tant les expatriés de fraîche date que les exclus bancaires, les personnes ayant besoin d’un compte digital instantanément, sans oublier la génération « mobile first ». Norris Koppel, président et fondateur de Monese, explique : « Nous écoutons constamment les retours de nos clients. C’est pourquoi nous avons décidé d’ajouter Pots à notre gamme de gestion de l’argent ». Il détaille : « La majorité de nos clients utilisent Monese en tant que compte principal. Il est donc très important de fournir à ces utilisateurs des options intelligentes et intuitives, pour gérer librement leurs finances, et de n’importe où. Notre maître-mot est de leur donner toujours plus de contrôle sur leurs fonds ». Le nombre de clients de Monese a triplé en 2018. A ce jour, environ 3000 personnes ouvrent un compte chaque jour. Dès novembre 2018, les clients issus du Continent ont dépassé ceux du Royaume-Uni. En mars 2019, les deux tiers des ouvertures de comptes ont été effectuées par des clients hors du R-U. En septembre 2018, la fintech a levé 60 millions de dollars. Par ailleurs, elle propose Apple Pay dans 13 pays européens, dont la France.

Voir plus
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *